Enquête sur les victimes tuées au Rwanda durant l’opération Turquoise

Cas de la région de Bisesero

Vénuste Kayimahe, Jacques Morel, Eric Nzabihimana

Une enquête faite en 2013 à partir de 417 témoignages recueillis auprès de 163 informateurs a relevé la liste nominative de 381 personnes tuées dans la région de Bisesero au Rwanda après le 23 juin 1994.

Rescapés de Bisesero 
à Gishyita, 28 juin 2013

Rescapés de Bisesero à Gishyita, 28 juin 2013

À cette date les Français de l’opération Turquoise ont le contrôle de la région. Les tueurs leur ont fait une ovation à leur arrivée. Les Français ne démantèlent pas la machine à tuer. Confortée par cette présence, la chasse aux Tutsi à Bisesero reprend de la vigueur, le nombre d’homicides passe de 18 le 24 juin à 64 le 26 juin pour culminer à 85 les 27 et 28 juin.

Victimes tuées après le 23 juin à Bisesero

Pourtant les Français sont informés de la présence de survivants le 23 juin par la sœur Marie Julianne Farrington, supérieure des Sœurs de Sainte-Marie de Namur, qui les rencontre à Goma. Le 26 juin des journalistes dont Vincent Hugeux de l’Express leur disent que les massacres de Tutsi continuent à Bisesero. Ils le constatent par eux-mêmes le 27 juin quand ils montent à Bisesero. Mais ils les abandonnent et ils laissent les massacres continuer tout en les observant à la jumelle. Ils laissent passer devant eux ceux qui vont prétenduement combattre le FPR alors qu’ils ont tout l’aspect de tueurs. Ils s’entretiennent avec les organisateurs des tueries. 51 personnes sont encore tuées le 29 juin, jour de la visite du ministre François Léotard. Les massacres cessent le 30 juin au soir quand, sur l’intervention de journalistes et de militaires ayant enfreint les ordres, une opération de secours est enfin déclenchée.

Etudiants rescapés de Bisesero à Kigali le 10 juillet 2013

Etudiants rescapés de Bisesero à Kigali le 10 juillet 2013

Age des victimes

47 % des victimes sont des femmes, l’âge moyen est de 25 ans. 85 victimes sont âgées d’au plus 10 ans.

La mort est donnée le plus souvent à l’arme blanche à l’issue d’atroces souffrances.

Arme utilisée

Sont enregistrés le lieu du meurtre, le nom des assassins et, à des fins de vérification, les informateurs, les témoins et les parents des victimes. En dépit des imprécisions dues à la perte de la notion du temps chez les survivants, leurs témoignages sont cohérents avec les événements connus à partir d’autres sources. Ce recueil des noms de personnes tuées durant cette période n’est pas exhaustif.

Rescapés de Bisesero 30 juin 2013

Rescapés de Bisesero 30 juin 2013