Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
2 août 2023 Anglais

Le 6 avril dernier, les deux Présidents du Rwanda et du Burundi disparaissaient dans l'attaque à la roquette de leur avion. Le signal pour les extrémistes hutu au pouvoir pour le grand nettoyage ethnique et racial des Tutsi

Fiche Numéro 31137

Numéro
31137
Auteur
Ockrent, Christine
Auteur
Gringoire, Jean-Fran├žois
Date
18 mai 1994
Amj
19940518
Heure
23:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 23 heures [1/2] [2:38]
Titre
Le 6 avril dernier, les deux Présidents du Rwanda et du Burundi disparaissaient dans l'attaque à la roquette de leur avion. Le signal pour les extrémistes hutu au pouvoir pour le grand nettoyage ethnique et racial des Tutsi
Soustitre
Le Front patriotique rwandais, tutsi, n'est pas exempt non plus de relent raciste envers les Hutu.
Taille
8364075 octets
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Journal télévisé
Langue
FR
Résumé
- "500 000 morts" affirmait aujourd'hui le ministre allemand des Affaires étrangères. "Entre 200 et 300 000" affirmaient jusqu'ici les organisations humanitaires. Combien de morts au Rwanda ? Le fait est qu'on n'en sait rien. Tout ce que l'on sait c'est que depuis six semaines et demi maintenant, on ne compte pas les cadavres qui s'amoncèlent dans ce petit pays d'Afrique devenu sous nos yeux, sous nos caméras et jusqu'ici dans l'indifférence de la communauté internationale, un génocide.
- Estimation minimum du nombre de personnes massacrées depuis plus d'un mois au Rwanda : 200 000. Estimation minimum. Quotidiennement, la rivière Akagera qui se jette dans le lac Victoria emporte 1 500 cadavres. À cette échelle, il ne convient plus de parler de guerre tribale mais bien d'extermination de masse. Dans leur très grande majorité, ces victimes sont tutsi, minoritaires au Rwanda. Ceux qui veulent les faire disparaître sont hutu, majoritaires.
- Ce qui se passe actuellement au Rwanda est le résultat effarant de 30 ans d'affrontements ethniques débouchant aujourd'hui sur une véritable guerre raciale.
- Les Hutu au pouvoir ont toujours refusé le partage, réduisant dans le sang toute tentative de révolte des Tutsi. Les extrémistes hutu ont maintenant engagé la vitesse supérieure : le 6 avril dernier, les deux Présidents du Rwanda et du Burundi, deux pays où vivent Hutu et Tutsi au destin étroitement mêlé, disparaissaient dans l'attaque à la roquette de leur avion à Kigali. C'est le signal.
- Le signal pour les extrémistes hutu au pouvoir pour le grand nettoyage ethnique et racial des Tutsi. Mais aussi des Hutu modérés, ceux qui étaient favorables à un rapprochement avec les Tutsi. Quelque chose de démocratique que les extrémistes hutu ne peuvent même pas envisager. Leur projet à eux, c'est la négation même de l'autre, le Tutsi.
- Dans ce contexte, le Front patriotique rwandais, tutsi, n'est pas exempt non plus de relent raciste envers les Hutu. Le FPR projette ni plus ni moins de s'emparer de tout le pays pour faire cesser le massacre.
- Il y a six mois, croyant à la possibilité d'une solution politique, l'ONU envoyait des Casques bleus. En avril dernier, 10 soldats belges sont assassinés, la quasi-totalité des autres Casques bleus partis. Aujourd'hui, on annonce le renfort de 5 500 Casques bleus africains pour l'aide humanitaire. Une décision sûrement insuffisante au regard d'une situation qui s'aggrave de jour en jour au Rwanda.