Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
3 mai 2022 Anglais

La France lance l'opération Amaryllis au Rwanda. Il s'agit d'évacuer les étrangers, parmi lesquels 600 Français et 1 500 Belges

Fiche Numéro 29986

Numéro
29986
Auteur
Coudenhove, Anne (de)
Auteur
Babey, Pierre
Date
9 avril 1994
Amj
19940409
Heure
19:30:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 19 h 30
Titre
La France lance l'opération Amaryllis au Rwanda. Il s'agit d'évacuer les étrangers, parmi lesquels 600 Français et 1 500 Belges
Soustitre
Le représentant français au Conseil de sécurité espère que le nouveau gouvernement tienne la situation en main.
Taille
22554 octets
Nb. pages
2
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Transcription d'une émission de télévision
Langue
FR
Résumé
- La France lance l'opération Amaryllis au Rwanda. Il s'agit d'évacuer les étrangers, parmi lesquels 600 Français et 1 500 Belges. Plusieurs centaines de parachutistes français venus de Centrafrique se sont déployés autour de l'aéroport de Kigali. Les rebelles rejettent le Gouvernement intérimaire. Après trois jours de chaos, la capitale était plus calme aujourd'hui.
- La ronde des Transall s'est poursuivie cet après-midi à Kigali. 200 hommes supplémentaires sont venus épauler ceux débarqués ce matin. Objectif : tenir cet aéroport afin de permettre l'éventuelle évacuation des ressortissants français et européens.
- Pour leur part, Belges et Américains ont eux aussi prépositionné des forces au Burundi, qui est tout proche.
À Paris ce soir, le Front patriotique rwandais lance un avertissement : les troupes françaises ne doivent s'occuper que de leurs ressortissants, sans en aucun cas intervenir contre le FPR. François Rutayisire, "représentant F.P.R. en France" : "Tous ceux qui se mettraient en travers des forces du FPR qui veulent éliminer la garde présidentielle, le FPR n'hésitera pas à se battre".
- La situation reste incertaine ce soir à Kigali : les Forces armées rwandaises bloquent à nouveau l'aéroport. Elles veulent s'opposer à l'atterrissage des avions belges.
- Amiral Lanxade : "Nous avons besoin de moyens supplémentaires que nous sommes en train d'acheminer pour assurer ce transfert en sécurité. La situation est préoccupante mais nous disposons maintenant des moyens sur place de faire face à l'urgence".
- Ce soir toujours, l'ONU, qui a des Casques bleus au Rwanda, suit la situation heure par heure. Le représentant français au Conseil de sécurité espère, à l'instant à New York, que la situation est stabilisée, que le nouveau gouvernement tienne la situation en main sans en être toutefois complètement sûr.
- Le Quai d'Orsay a mis deux numéros de téléphone à la disposition de ceux qui ont de la famille ou des proches au Rwanda.