Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
5 août 2022 Anglais

Les militaires belges espèrent avoir terminé toutes les opérations d'évacuation avant l'expiration de l'ultimatum lancé par les rebelles du FPR

Fiche Numéro 29945

Numéro
29945
Auteur
Coudenhove, Anne (de)
Auteur
Aït-Habbouche, Morad
Date
14 avril 1994
Amj
19940414
Heure
12:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 12 heures [1:53]
Titre
Les militaires belges espèrent avoir terminé toutes les opérations d'évacuation avant l'expiration de l'ultimatum lancé par les rebelles du FPR
Soustitre
Ce matin, l'un de leurs convois a été pris sous le feu.
Nom fichier
Taille
7289424 octets
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Journal télévisé
Langue
FR
Résumé
- Pas de trêve à Kigali au Rwanda : des roquettes tirées il y a quelques minutes sur l'aéroport ; des combats opposent toujours l'armée aux rebelles du FPR.
- Hier soir [13 avril] le Conseil de sécurité de l'ONU annonçait une médiation sous les auspices des Nations unies. Les rebelles refusent de discuter cessez-le-feu. Et c'est dans ce climat de guerre que les Belges tentent de rassembler et d'évacuer les derniers étrangers.
- Jour après jour, les troupes belges continuent d'évacuer leurs ressortissants. Les militaires sont à chaque fois très tendus, les expatrié fébriles voire terrifiés. Et il y a de quoi : ce matin encore, l'un des convois a été pris sous le feu. La réplique a été immédiate. Heureusement il n'y aura aucun blessé.
- Mais les Belges sont obligés de plus en plus de risques. Tous les étrangers de la capitale ont été sortis d'affaire. Il n'en reste plus qu'à l'extérieur de Kigali.
- Les militaires vont découvrir aussi des habitants complètement paniqués : ces centaines de réfugiés tutsi appellent au secours. Depuis trois jours des bandes de Hutu les harcelaient. Ils ont d'ailleurs été à plusieurs reprises attaqués. Dans ce village, 17 Belges et une Italienne travaillaient dans l'hôpital psychiatrique qui est aujourd'hui submergé par des blessés par balles.
- Les militaires belges espèrent avoir terminé toutes les opérations d'évacuation avant l'expiration de l'ultimatum lancé par les rebelles du FPR, ultimatum fixé à ce soir. Depuis hier [13 avril] les rebelles sont dans la capitale et ils n'ont aucune intention de négocier.