Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
4 août 2022 Anglais

Les forces françaises ont procédé ce matin à l'évacuation d'une quarantaine de religieuses d'un couvent de Kibuye

Fiche Numéro 3511

Numéro
3511
Auteur
Narcy, Jean-Claude
Auteur
Nakad, Nahida
Auteur
Renouil, Sébastien
Auteur
Berrou, Loïck
Auteur
Monnet, Jean-François
Date
28 juin 1994
Amj
19940628
Heure
13:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 13 heures [4:50]
Titre
Les forces françaises ont procédé ce matin à l'évacuation d'une quarantaine de religieuses d'un couvent de Kibuye
Soustitre
Les soldats français sont à moins de 20 kilomètres des lignes du Front patriotique.
Nom fichier
Taille
15245875 octets
Source
TF1
Fonds d'archives
INA
Type
Journal télévisé
Langue
FR
Résumé
- Les forces françaises ont procédé ce matin à l'évacuation d'une quarantaine de religieuses et de huit orphelins d'un couvent de Kibuye. Ces 40 religieuses ont été menacées de mort par les forces gouvernementales tous les jours et cela pendant des mois.
- Les Hutu accusent les religieux tutsi d'être des sympathisants du FPR. Ils vont même jusqu'à dire que des armes ont été cachées dans des églises. Un ministre du gouvernement nous a affirmé qu'il trouvait normal que des Hutu tuent des Tutsi.
- Le gouvernement rwandais vient d'affirmer qu'il y aurait eu près d'un million de personnes de tuées au Rwanda, ces derniers mois.
- Ce matin 4 Mirage F1 ont quitté Reims pour rejoindre Istres dans les Bouches-du-Rhône, d'où ils repartiront d'ailleurs vers le Rwanda pour participer à cette mission Turquoise. Ces appareils sont dotés de capteurs photos à infrarouge capables de prendre quelque 600 photos, tout ça en couvrant environ 60 à 100 kilomètres de terrain.
- Au Rwanda, les soldats français sont à moins de 20 kilomètres des lignes du Front patriotique. L'effectif de l'opération Turquoise s'élève maintenant à 1 500 soldats.
- À Kigali, les Casques bleus sont toujours impuissants, ils devraient être 5 500, ils sont 450. Leur patron, le général Dallaire, attend depuis deux mois des renforts qui ne viennent pas.
- Depuis la mort de 13 d'entre eux et depuis le départ exigé par le FPR des contingents francophones, on ne voit plus beaucoup les Casques bleus en ville. Ce qu'on y voit fleurir, par contre, ce sont les drapeaux français.