Page d'accueil
France Génocide Tutsi France Génocide Tutsi
Mise à jour :
3 mai 2022 Anglais

Ce soir au Rwanda, on apprend qu'un sous-officier français et sa femme auraient été assassinés à leur domicile

Fiche Numéro 29958

Numéro
29958
Auteur
Tripault, Richard
Auteur
Raymond, Francine
Auteur
Deniau, Grégoire
Date
8 avril 1994
Amj
19940408
Heure
23:00:00
Fuseau horaire
CEST
Surtitre
Journal de 23 heures [2:46]
Titre
Ce soir au Rwanda, on apprend qu'un sous-officier français et sa femme auraient été assassinés à leur domicile
Soustitre
En France, le Parquet de Paris confirmait aujourd'hui la thèse du suicide de François de Grossouvre.
Nom fichier
Taille
8956758 octets
Source
Fonds d'archives
INA
Type
Journal télévisé
Langue
FR
Résumé
- La Belgique et la France envisagent ce soir d'évacuer leurs ressortissants qui se trouvent pour la plupart à Kigali, la capitale.
- À 41 ans, Agathe Uwilingiyimana était la première femme cheffe d'un gouvernement africain. Elle a été la première victime du déchaînement de violence qui sévit depuis hier [7 avril] à Kigali.
- C'est en voulant protéger sa fuite que 10 Casques bleus belges chargés de sa protection ont été abattus, vraisemblablement par les hommes de la garde présidentielle assoiffée de vengeance après la mort avant-hier [6 avril] du Président rwandais.
- Ce soir on apprend qu'un sous-officier français et sa femme auraient été assassinés à leur domicile. Et l'on parle déjà de plusieurs milliers de victimes. Éric Bertin-Maghit, Médecins sans frontières : "Ce qu'on sait, c'est que une grande partie des gens qu'on connaît ont eu des voisins tués. Y a eu énormément de personnes, suite aux pillages, qui ont été tuées. Le CICR a commencé à sortir cet après-midi dans les rues et ils ont vraiment vu beaucoup, beaucoup de cadavres".
- Dans cette ancienne colonie belge, les Tutsi, minoritaires, revendiquent le pouvoir aux mains des Hutu. Mais jamais depuis quatre ans les combats n'ont été aussi violents dans la capitale rwandaise. Jean-Pierre Chrétien : "Depuis quelques années, il y aurait plutôt une opposition entre des démocrates, disons, hutu et tutsi, qui essaient de dépasser cet antagonisme ethnique et d'ouvrir le pays vers plus de liberté. Et d'autre part, la mouvance de l'ancien Président Habyarimana, qui vient de mourir, qui a mobilisé systématiquement les passions ethniques. Jamais les gens ne se sont massacrés spontanément".
- Alors que le Conseil de sécurité des Nations unies exige la cessation des actes de violence au Rwanda, la Belgique et la France se disent prêtent à envoyer des troupes pour évacuer les étrangers pris au piège de Kigali. Les États-Unis demandent à leurs ressortissants de quitter le pays et préparent eux aussi un plan d'évacuation.
- En France, le Parquet de Paris confirmait aujourd'hui la thèse du suicide de François de Grossouvre, l'ami intime du président de la République qui s'est donné la mort hier soir [7 avril] à l'Élysée.
- Hier soir [7 avril], François de Grossouvre s'est suicidé à l'Élysée. Il n'a laissé aucune explication. Ses proches le disaient fatigué et irrité d'avoir été écarté du cercle des intimes du président de la République. Ami de François Mitterrand dès les années 1960, il était devenu en 1981 son conseiller à l'Élysée. C'était un homme de l'ombre, l'homme des dossiers sensibles.
- Depuis quelques années, sa place aux côtés du chef de l'État devenait moins importante. En 1993, François de Grossouvre avait été entendu à deux reprises dans le cadre de l'affaire Pelat. Il s'est donné la mort à l'âge de 76 ans.